Tous vos hébergements, hôtels, b&b, locations, en Italie: Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...

Votre meilleur
Guide pour l'Italie !

Toute l'italie; Rome Florence Venise Sicile Toscane...

LES PROMOTIONS POUR PARTIR EN ITALIE :
- Circuit Rome, Venise, Florence et la Toscane, à 899€.
- Billets d’avion A/R en promotion vers l’Italie, à partir de 79€.
- Escapade de charme en Toscane, à partir de 65€ la nuit.
- Une nuit en Toscane dans une villa historique près de Florence, à 79€...
(...)



La deuxième âme de Turin

Cependant une dualité
caractérise Turin. Une
dualité qui persiste dans son
histoire, son architecture et
même dans le caractère de
ses habitants, conservateurs et
modernes à la fois.

Elle fut la capitale du royaume de
Savoie, et même celle de l’Italie
puisque c’est du Palazzo Carignagno que
le 17 mars 1861fut proclamé le
royaume d’Italie dont Turin
était la capitale. Son c¦ur
bat dans les très conformistes
clubs privés, dans les
pâtisseries où on peut
goûter les célèbres
giandujotti, les chocolats turinois
typiques, dans les restaurants
(Ristorante del Cambio) et les
cafés où à la fin
du XIXème siècle l’on
savourait comme aujourd’hui le bicerin,
un délicat mélange de
café et crème de lait, ou
à l’heure de l’apéritif
on buvait un verre de traditionnel
vermouth (le Martini est né ici)
en parlant de politique et en avalant
presque d’un seul coup un tramezzino,
l’ancêtre du sandwich club.

 

Mais si le profil en damier de ses rues
d’origine romaine, toutes droites et
perpendiculaires lui offre une allure nordique,
à mieux l’examiner on découvre la
principale qualité de cette ville : un
mélange habile de tradition et de
modernité. Il n’est donc pas surprenant
que le 1er juillet 1899, un groupe d’amis, parmi
lesquels Giovanni Agnelli, se réunit au
Café Burello, sur le Corso Vittorio, pour
parler des premières automobiles
fabriquées en Amérique. De cette
rencontre est née la première
usine d’automobiles italienne, Fiat. La suite
est entrée dans la légende... et
surtout dans l’économie du pays.

L’âme à la fois conformiste et
innovante de Turin à su également
s’exprimée dans l’art et l’architecture.
L’unité de style des façades de la
Piazza Castello, le c¦ur du centre
historique turinois, est frappante mais il
suffit de repérer l’Eglise de San Lorenzo
(mission pas facile car tout nous parait
uniforme... un conseil : levez les yeux et
cherchez le clocher) pour trouver à
l’intérieur une explosion de marbres
polychromes signée Guarino Guarini, l’un
des grands maîtres italiens du baroque.
Cet artiste a mis les mathématiques au
service de l’art domptant à sa guise les
lois de la physique pour créer dans la
voûte de cette église un fin jeu
d’arcs, ogives et volutes dans lesquels à
bien regarder vous pouvez retrouver les yeux et
les bouches de mille dragons. Toujours sur la
Piazza Castello un autre grand génie du
baroque italien, Filippo Juvarra, comme le
précédent, a donné libre
cours à son imagination en créant
pour Christine de France, s¦ur de Louis
XIII et grande duchesse de Savoie, la
façade du Palazzo Madama.

Deux musées exceptionnels
témoignent ensuite plus que tout de
l’amour des Turinois pour la recherche et
l’innovation : le Musée égyptien et
le Musée national du cinéma. Le
premier par l’importance de ses collections est
le deuxième au monde après celui
du Caire. Il abrite des trésors d’une
valeur inestimable, parfois légués
à Turin par l’Egypte elle-même. Le
second, premier musée consacré au
cinéma en Italie, trouve à juste
titre sa place dans la ville qui a vu
naître l’industrie
cinématographique italienne avec la
création des Studios Itala Film et
Cabiria (1914), la première
superproduction italienne réalisée
par Giovanni Pastrone avec dialogues de Gabriele
D’Annunzio.

On retrouve cette audace dans la recherche
dans la construction la plus
représentative de la ville, la Mole
Antonelliana. Commandée par la
Communauté juive de Turin, cette
monumentale coupole de 167 mètres de haut
est l’¦uvre de Alessandro Antonelli, qui la
construisit pour défier les prodiges
parisiens d’Eiffel. A deux pas de la Mole la
Casa Saccabarozzi (via Giulia di Barolo, 9),
appelée par les Turinois la Fetta di
Polenta (la tranche de polenta) est une autre
réalisation originale d’Antonelli. Elle a
une façade de 20 m de haut, une largeur
de 4,70 m pour une longueur de 90 m. Enfin non
loin de l’église du Corpus Domini, au
n° 19 de la via Palazzo di Città, un
groupe de jeunes architectes turinois a
décidé de donner un look punk
à un ancien immeuble du XVIIIe en
accrochant à l’angle de son dernier
étage un piercing.

Mais c’est depuis l’après-guerre que
la très conformiste Turin est devenue le
foyer le plus fécond de nouveaux talents
de l’art contemporain italien, non seulement
grâce à la présence
d’institutions comme le G.A.M. et le
Musée d’art contemporain du Château
de Rivoli mais aussi parce que c’est à
Turin qu’en 1967 est né le mouvement de
l’Arte povera, un mouvement d’avant-garde devenu
célèbre dans le monde entier pour
l’utilisation de matériaux de
récupération. Lancée par le
milanais Mario Merz, ce mouvement trouva dans
des artistes turinois comme Gulio Paolini et
Michelangelo Pistoletto ses représentants
les plus fameux.

La G.A.M., la galerie municipale d’art
moderne et contemporain, avec une collection de
15.000 ¦uvres d’artistes internationaux et
italiens est la première en Italie et
peut compter parmi ses artistes le sculpteur
Medardo Rosso, Modigliani, Sironi, De Chirico,
Morandi, De Pisis, Felice Casorati, Lucio
Fontana, Guttuso, Klee, Picasso, Léger et
Chagall.

Dans la banlieue turinoise la superbe
restauration du Château de Rivoli a mis en
valeur non seulement l’ancienne résidence
royale mais a donné à l’art
contemporain un musée et un centre de
recherche qui est parmi les plus
intéressants du panorama contemporain
européen. Ce musée allie de
manière originale et harmonieuse l’ancien
et le moderne dans ses 38 salles
décorées de fresques où
sont exposées de manière
permanente des ¦uvres d’artistes de renom
mondial comme Mario Merz, Naumann, Flavin,
Morris, Le Witt, Gilbert&George,
Michelangelo Pistoletto, Giulio Paolucci,
Rebecca Horn et ponctuellement de jeunes
artistes moins connus.

A Turin toutefois l’art contemporain sort des
musées et des galeries et descend dans la
rue à la rencontre des Turinois. Tous les
ans depuis quatre ans (de novembre à
janvier) Turin se transforme dans une lumineuse
¦uvre d’art contemporain. Pendant la
manifestation "Luci d’artista", les places et
les rue de Turin s’habillent d’illuminations de
Noël créées par des artistes
comme Rebecca Horn, Daniel Buren, Giulio
Paolini, Mario Mertz, Francesco Casorati.

Pour finir, il ne faut pas oublier un autre
aspect de la dualité de Turin, son
rapport avec la religion et
l’ésotérisme. Turin est
considérée un des lieux de culte
les plus importants de la
chrétienté. La cathédrale
de Saint Jean-Baptiste abrite en fait un des
plus importants vestiges du culte
chrétien, le Saint Suaire, le drap qui
aurait enveloppé le corps de Christ. Mais
Turin fait aussi partie avec Lyon et Prague du
triangle de l’ésotérisme, ville
culte et destination
préférée de personnages
mystérieux comme Paracelse, Nostradamus,
le comte de Saint Germain et le comte de
Cagliostro.

En somme si vous n’êtes pas
intéressés par les voitures et le
football, vous avez mille et une raisons de
visiter Turin parmi lesquelles il ne faut pas
négliger ses collines
éblouissantes le long du Pô et les
pistes enneigées de Sestriere, Oulx et
Bardonecchia lesquelles, à quelques
kilomètres au nord/ouest de Turin en
direction de la France, accueilleront en 2006
les Jeux Olympiques d’hiver.

Lucia Renzulli

Des adresses :

MUSEE EGYPTIEN, via Accademia delle Scienze,
6
Tel 011 5617776 - Fax 011 5623157 - www.museoegizio.it

MUSEE DU CINEMA, via Montebello, 20 - bus
13,15,16, 55,56,61,68
Tel. 011 8125658 - Fax 011 8125738 - www.museonazionaledelcinema.org

G.A.M., GALLERIA MUNICIPALE D’ART MODERNE ET
CONTEMPORAIN, via Magenta, 31
Tel. 011 562991 Fax 011 44229550 - www.gam.intesa.it

CHATEAU DE RIVOLI - MUSEE D’ART CONTEMPORAIN,
piazza Mafalda di Savoia (Rivoli)
Tel. 011 9565220 Fax 011 9565232 - www.castellorivoli.torino.it

AL BICERIN - Piazza della Consolata, 5 Tel.
011 4369325

RISTORANTE DEL CAMBIO - Piazza Carignano, 2
Tel. 011 54 66 90

Pour plus d’informations :

Office de Tourisme : http://www.turismotorino.org

Aéroport : http://www.airport.turin.it

Voir aussi par l’auteur de cet article :
Petit Futé " Milan, Turin et Aoste ",
parution juin 2003





Votre meilleur guide pour aller en Italie depuis 1998 !
Hôtels, locations et B&B en Italie, conseils, guides...

Recherche - Plan - Editeur - - Tous nos hébergements en Italie !

Liens directs : Tous vos hébergements, hôtels, locations, en Italie, Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...