Tous vos hébergements, hôtels, b&b, locations, en Italie: Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...

Votre meilleur
Guide pour l'Italie !

Toute l'italie; Rome Florence Venise Sicile Toscane...

LES PROMOTIONS POUR PARTIR EN ITALIE :
- Circuit Rome, Venise, Florence et la Toscane, à 899€.
- Billets d’avion A/R en promotion vers l’Italie, à partir de 79€.
- Escapade de charme en Toscane, à partir de 65€ la nuit.
- Une nuit en Toscane dans une villa historique près de Florence, à 79€...
(...)



Escapade amalfitaine testée pour vous !

 

Comme tous les endroits qui ont un air de
paradis terrestre et fleurent bon
l’éternité, la côte
amalfitaine peut se parcourir en une petite
semaine de la même façon qu’on
pourrait y passer des mois à s’oublier
dans la contemplation de ses paysages
stupéfiants... Chacun peut donc y aller
à son rythme, à sa convenance mais
tous en reviendront comblés.

Mais revenons au départ ! Revenons
à Naples pourvue d’un aéroport
international où vous pourrez atterrir
depuis la France ou d’ailleurs. Ensuite, les
plus aventureux ( vous comprendrez pourquoi plus
tard ...) loueront une voiture ; les autres
prendront un train ( la circumvesuviana) qui,
pour une modique somme ( 40 FF environ), les
conduira à Sorrento. Compter 1h 30 de
voyage.

Sorrento

J’étais très excitée
à la perspective de découvrir
cette ville. Comme je l’ai dit, je connais bien
Naples mais au- delà, Sorrento
était la première ville du sud de
l’Italie où j’allais mettre les pieds :
l’aventure et le voyage pouvaient
réellement commencer ! Ma
déception fut d’autant plus cruelle quand
je trouvai une ville aseptisée et
bétonnée dans un style
architectural des années ’ 70 tel qu’on
peut l’observer à Palavas Les Flots ! Et
c’est sans parler des hordes de groupes du
3ème âge ( essentiellement
Allemands) ou des Américains
fortunés venus étaler leur
bronzage et leurs dollars sur les terrasses des
cafés très m’as-tu-vu ...

J’apercevrai bien quelques rues anciennes
d’un centre dit "historique" et il me faudra
bien lever la tête pour observer les
façades de rares palais et églises
baroques : en effet, au niveau de la rue, le
regard ne fait que se heurter à une
succession de boutiques de souvenirs
touristiques et autres gadgets tout aussi
affreux les uns que les autres !

Autant dire que je ne me suis pas
attardée, voire que j’ai pris la fuite en
montant dans un des bus bleus qui sillonnent la
région. L’un d’eux part de devant la gare
toutes les heures environ pour se rendre
à Amalfi. Il ne s’agit que de 30 km mais
le voyage dure 1h30. Etonnant, même quand
on se trouve dans un coin de la
Méditerranée où la lenteur
est une vertu... Il a cependant suffi qu’on
quitte- enfin !- Sorrento pour comprendre les
raisons de cette lenteur forcée. La
route, toute en courbes, lacets et autres
virages en épingle à cheveu,
taillée sur le flan de la falaise,
surplombe de plus de 30 mètres le vide
... ou la mer, si vous préférez !
Deux véhicules ( et à fortiori un
bus) ne s’y croisent qu’en de rares endroits et,
en raison de la visibilité limitée
de virage à un autre, le chauffeur de bus
n’a d’autre solution pour s’annoncer aux
conducteurs d’en face que de garder la main en
permanence sur le klaxon...Ames sensibles
s’abstenir... mais le spectacle est à
couper le souffle : la chute vertigineuse de la
montagne dans la mer, les cultures en terrasses
de vignes et de citronniers, les masses
rougeoyantes et luxurieuses des bougainvillers
et des hibiscus... Le bus enfin traverse une
série de ces villages aux noms plus ou
moins célèbres ( Positano, Ravello
...) dont l’amoncellement de maisons blanches
évoquent certains coins des Cyclades ou
de l’Afrique du Nord.

Amalfi

Mon périple routier prend fin à
Amalfi, sur la place principale du bord de mer.
La ville, elle, se niche plus en hauteur,
à l’intérieur d’une espèce
de remparts ; elle n’est d’ailleurs quasiment
pas accessible à la circulation.
Précédé d’un escalier
monumental, le Duomo pareillement immense en est
le coeur . Dans un mélange de styles qui
allient les influences arabes et normandes, la
ville s’est essentiellement
développée en hauteur : maisons et
terrasses se grimpent les unes par dessus les
autres le long de la montagne, reliées
entre elles par une multitude de ruelles, de
passages et d’escaliers étroits dont la
majeure partie sont souterrains parce que
creusés dans la pierre. Amalfi est un
insolite mélange de constructions
troglodites et de médinas arabes !

  

Il ne faut pas hésiter à monter
tout en haut du village, jusqu’au
cimetière depuis lequel vous avez une vue
imprenable sur la coupole du Duomo, la montagne
et la mer alentours ! D’ailleurs, c’est
là que se situe la frontière du
village : au- delà, il n’y a plus rien
...

Ravello

Un bel après- midi me suffira pour me
rendre à Ravello, célèbre
pour deux magnifiques villas et jardins qui s’y
trouvent, et pour visiter l’une d’elles : la
villa Cimbrone. La plupart des guides
consacrés à la région
reprennent très souvent une photo de son
célèbre belvédère
orné de bustes antiques qui surplombent
la baie ! Et c ’est vrai que c’est un
véritable enchantement, de même que
les jardins où alternent massifs de
fleurs odorantes, charmilles ombragées,
allées secrètes, statues, etc.

Positano

Une autre journée de flânerie
peut être consacrée à
Positano. Cet ancien village de pêcheur
est devenu depuis les années ’60 un lieu
de villégiature très prisé
par la jet set, même si son charme n’a
rien à envier à Amalfi ou à
d’autres villages méconnus de la
côte. L’un de ces derniers est Atrani,
accessible depuis Amalfi à pieds, en 20
mn environ, par le biais d’un agréable
chemin qui suit la côte au- dessus de la
route.

Je teste enfin une nouvelle formule
pour revenir à Naples.
Plutôt que reprendre le bus
jusqu’à Sorrente (que je
n’apprécie vraiment pas !) pour
récupérer une liaison
ferroviaire, je découvre qu’un
bus se rend directement à Naples
en 2 heures de trajet : une ultime
occasion de parcourir cette côte
décidement magnifique et de me
perdre dans la contemplation des bleus
infinis et confondus du ciel et de la
mer.

 

Quelques conseils, adresses et autres suggestions ...

L’entrée de la Villa Cimbrone est
payante ( mais ça en vaut la peine ! ).

Présence omniprésente de la mer
oblige, on trouve de nombreux restaurants
offrant des spécialités de
poissons sur le rivage, avec des terrasses au-
dessus de l’eau, particulièrement
agréable le soir. Parmi eux, j’ai eu le
plaisir de tester " Lo Smeraldino", Piazzale dei
Protontini, 1. Tél : 0039 089 871 070.
Compter autour de 20 Euros par personne pour un
repas vraiment complet et copieux !

Pour avoir commis moi- même cette
erreur, je déconseillerais d’arriver
à Sorrente sans avoir
réservé au préalable un
hôtel... En effet, une fois sur place, il
peut très vite s’avérer que tous
les hôtels soient complets, sinon que les
quelques chambres qui restent soient à
des prix abusifs...

Il y a enfin très peu d’hôtels
dits économiques. Néanmoins, dans
la catégorie des 3***, l’hôtel La
Meridiana offre un bon rapport qualité/
prix : 65 euros la chambre double environ, petit-
déjeuner compris. Confort et
propreté irréprochables.

La Meridiana, Via Rota, 1. 80067 Sorrento.
Tél : 0039 081 807 35 35/ Fax : 0039 081
807 34 84 .

Sites internet :

http://www.amalficoast.it

http://www.napolinapoli.com

http://www.teatrosancarlo.it

Sandrine




Votre meilleur guide pour aller en Italie depuis 1998 !
Hôtels, locations et B&B en Italie, conseils, guides...

Recherche - Plan - Editeur - - Tous nos hébergements en Italie !

Liens directs : Tous vos hébergements, hôtels, locations, en Italie, Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...