Tous vos hébergements, hôtels, b&b, locations, en Italie: Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...

Votre meilleur
Guide pour l'Italie !

Toute l'italie; Rome Florence Venise Sicile Toscane...

LES PROMOTIONS POUR PARTIR EN ITALIE :
- Circuit Rome, Venise, Florence et la Toscane, à 899€.
- Billets d’avion A/R en promotion vers l’Italie, à partir de 79€.
- Escapade de charme en Toscane, à partir de 65€ la nuit.
- Une nuit en Toscane dans une villa historique près de Florence, à 79€...
(...)



Empire et vestiges de la Rome Antique

Le saviez- vous ?
Le terme " empereur " vient de la parole " imperator " qui signifiait le vainqueur.

JPEG - 55.4 ko
(c) http://www.bibliquest.org

La ville de Rome : de la République à l’Empire

La ville est née il y’a quelques trois milles années. Cependant, avant même la fondation légendaire de la ville par Romus et Romulus, que l’on situe en 753 av. JC, la région (L’Etrurie)était déjà occupée par les Etrusques, avant que n’intervienne l’occupation grecque.

Pendant deux siècles, Rome sera gouvernée suivant un principe monarchique, qui disparaîtra au profit de la longue République romaine ( 509/ 31 av. JC). La conquête progressive de l’ensemble de la péninsule italienne, puis de territoires au- delà, qui allaient constituer le futur Empire, nécessita de longues et nombreuses guerres. C’est ainsi que les armées acquirent une puissance avec laquelle la classe politique devait composer, tandis que des généraux gagnaient pareillement en influence, tel Jules César ( 101/ 44 av. JC). Ce dernier, refusant de se plier au commandement du Sénat qui s’inquiétait de son pouvoir, marcha sur Rome en 49 av. JC et prit le pouvoir. Son règne fut celui d ’un dictateur, marqué par la conquête des Gaules, auquel mit un terme son assassinat par les sénateurs.

La disparition de Jules César marque aussi la fin de la République. L’Empire romain ( 27 av. JC/ 476 ap. JC) naît... sous le signe du conflit que suscite la convoitise du pouvoir entre Antoine et Octavien, le fils adoptif de Jules César. La victoire de ce dernier, à la bataille
d’Actium, lui assurera son titre d’Empereur sous le nom d’Auguste.

La première division de cet Empire surviendra en 285/ 286 ap. JC : coexisteront alors un Empire d’Occident et un Empire d’Orient, respectivement gouvernés par Maximilien et Dioclétien.

Durant le IVème siècle ap. JC, on reviendra par deux fois au règne d’un empereur unique, avec Constantin ( 324/ 337 ap. JC) et Julien et Jovien ( 361/ 364 ap. JC). En 476, le dernier empereur d’Occident, Romulus Augustule perd le pouvoir, tandis que l’Empire d’Orient ( dit byzantin) lui survivra jusqu’en 1453.

Les vestiges

Ils sont nombreux à Rome, et pour cause ! La " Cité Eternelle " était la capitale, en 117 ap. JC, d’un empire s’étendant sur plus de 4000 km d’est en ouest et de presque autant du nord au sud ! Vous pourrez vous rendre compte de la progression dans le temps de l’Empire en
observant les différentes cartes géographiques exposées le long de la Via dei Fori Imperiali.

Les témoignages principaux de l’Empire sont concentrés dans la zone du Capitole et du Palatin : la première colline était le cœur politique de la cité ( le Sénat y siégeait), tandis que le Palatin abritait les demeures impériales. On y trouve encore la Maison d’Auguste qui fut le premier à y installer sa résidence, suivi par Tibère. Ce dernier est d’ailleurs à l’origine du premier véritable palais impérial : la Domus Tiberiana, que recouvriront les jardins Farnese au XVIème siècle.

La tradition des villas impériales subsiste en de nombreux sites enchanteurs : on notera, en particulier, l’ancienne villa de Néron, la Domus Aurea, qui a récemment rouvert au public après une vingtaine d’années de restauration !
Aux portes de Rome, à Tivoli, on trouve aussi la Villa d’Hadrien. A propos d’Hadrien, on oublie souvent que l’actuel Château Saint Ange est en fait ce qui reste de son mausolée, au terme de siècles de transformations ! Le Mausolée d’Auguste ( dans le quartier du Trident) a pareillement été transformé en forteresse, quelques siècles plus tard, par les Colonna.

A proximité, L’Ara Pacis Augustae célèbre la paix après les victoires d’Auguste sur la Gaule.

Auguste a bien sur laissé d’autres traces de son règne : l’Arc d’Auguste, le Temple d’Apollon, construit entre 36 et 28 av. JC, en hommage à ce Dieu que Auguste considérait comme son protecteur personnel, et le Théâtre Marcellus, dont il acheva la construction initiée
par Jules César.

Le palais de Domitien s’inscrit dans l’esprit de faire une demeure majestueuse, aux fonctions tant publiques ( la Domus Flavia) que privées ( la Domus Augustana). Ce même Domitien entreprit aussi l’érection de l’Arc de Titus, ainsi nommé puisque le relief qui en orne la
voûte représente Titus chevauchant un aigle qui le conduit au ciel. Titus fut en effet, avec Vespasien, divinisé après sa mort : le Temple de Vespasien et de Titus, au pied du Capitole, leur est dédié et a fait l’objet de restaurations entreprises par Septime Sévère, puis par Caracalla.

C’est enfin Domitien qui, en construisant le premier cirque de Rome, a, sans le savoir, posé les bases de ce qui deviendrait une des places les plus connues de Rome et un haut lieu d ’expression de l’art baroque : la Piazza Navona, dont on remarquera d’ailleurs la forme oblongue, caractéristique du cirque, fermée au nord par une courbe.

Trajan a donné son nom à un forum, dont subsistent d’importants marchés, et à une colonne. Cette dernière, au voyageur peu averti, peut sembler être la jumelle de celle de Marc Aurèle qui se dresse au centre de la Piazza della Colonna ( à proximité de la Via del Corso). La colonne de Marc Aurèle est d’ailleurs un peu moins haute que celle de Trajan, son modèle : elle commémore les victoires de Marc Aurèle sur les régions du Danube et fut exécutée après sa mort en 180 et 196 ap. JC. A son sommet, se trouvait jadis une statue de l’Empereur qui fut remplacée, à la fin du XVIème siècle, par une statue de Saint Paul. Une statue équestre de Marc Aurèle trône par ailleurs au milieu de la place du Capitole ( le Campidoglio) que Michel Ange redessina, ainsi que le monumental escalier qui y conduit. Le Capitole demeure enfin célèbre puisque on y visite encore les Musées Capitolins et des Conservateurs. La cour de ce dernier abrite les restes spectaculaires d’une statue colossale de Constantin : une tête et un pied de plus de 2 mètres...Mais les Musées Capitolins comptent aussi, parmi leurs richesses, des statues de bustes d’Empereurs, tel celui de Commode ; des panneaux des fresques de la Villa d’Hadrien, ainsi que des œuvres plus récentes, comme le Saint Jean Baptiste du Caravage.

En matière d’Arc, celui de Septime Sévère est un exemple architectural remarquable. Célébrant les victoires impériales en Orient, il porte aussi une dédicace à Caracalla, le fils de Septime.

Caracalla a, pour sa part, laissé son nom aux Thermes parmi les plus importants de l’Antiquité qui nous sont parvenus extrêmement bien conservés. Ils s’étendent sur plus de 11 hectares et donnent une riche idée de la dimension à la fois hygiénique, culturelle et sociale des thermes à cette époque puisque, outre les thermes eux- mêmes, ce complexe comprenait des bibliothèques, des terrains de sport, des salles de concert et de conférence, etc... D’autres thermes célèbres sont ceux de Dioclétien, érigés entre 298 et 305 ap. JC.

L’Empire des femmes

Quelques femmes sont aussi intervenues dans l’écriture de l’histoire de l’Empire, tramant des complots dans l’ombre de leur maris, oeuvrant pour le compte de leur fils, telle Agrippine qui réussit à faire adopter Néron par Claude 1er aux dépens du propre fils de ce dernier, Britannicus. Cela n’empêcha néanmoins pas l’ingrat Néron de faire assassiner sa mère, une fois devenu Empereur !

Un des plus beaux vestiges de la Via Appia Antica est également dédié à une femme : le Tombeau de Cecilia Metella, qui traduit une influence hellénistique sur l’architecture funéraire romaine. La femme d’Auguste, Livie, est pareillement à l’origine d’une villa : la Villa de Livie, dont les fouilles remontent au XIXème siècle.

Mais les figures féminines majeures de l’Antiquité sont sûrement celles liées à la religion. Le Temple de Magna Mater ( 191 av. JC) témoigne ainsi du culte porté à Cybèle, la Grande Mère qui parvint aux Romains depuis l’Asie Mineure. Comptent aussi Junon, Minerve ou Vesta dont on peut encore voir les temples qui ont été érigés à leur gloire.

En dehors de Rome, l’ensemble de l’Italie compte bien sûr un nombre considérable de vestiges isolés, de sites, voire de villes entières qui témoignent de la puissance passée de l’Empire romain. Les citer tous serait trop long tandis que certains se révèlent d’une richesse
exceptionnelle qui a fait leur célébrité, tels Pompéï et Paestum...

Et en France ?

Prolongement direct de la péninsule italienne, la France a bien sûr été concernée en premier lieu par les conquêtes et les influences romaines, notamment dans le sud où on trouve des villes et des sites de dimension antique aux noms célèbres : Nîmes ( la Maison Carrée, les Arènes...), Vaison- la- Romaine, le Pont du Gard, Arles, Orange, etc.

Aussi, question de ne pas les rater quand vous passerez à côté, voici quelques repères n matière d’architecture romaine !

Caractéristiques architecturales :

- Multiples et reconnaissables, les Arcs de Triomphe dont le rôle, comme le nom l’indique, était de commémorer les victoires militaires.
- Les Dômes et les Coupoles, dont la plus célèbre est celle du Panthéon à Rome : sa taille n’a jamais été égalée par aucune autre ! même pas par celle de Saint Pierre...
- Les Aqueducs et les Ponts qui témoignent du génie urbain des Romains en matière de travaux hydrauliques, d’une part, mais aussi du rôle indispensable que jouent les voies de communication dans l’expansion et le gouvernement de l’Empire. Pensons aussi aux fameuses Voies impériales : la Via Appia, la Via Aurelia, la Voie Domitienne qui ont engendré le fameux adage " tous les chemins mènent à Rome ».
- Les Théâtres et les Amphithéâtres dont les masses imposantes nous sont souvent parvenues dans leur monumentalité. Ils exploitent surtout cet élément caractéristique de l’architecture romaine qu’est l’arche ; lesquels sont capables de supporter des masses plus lourdes que les colonnes dont usaient plus les Grecs. Ces derniers ont néanmoins transmis aux Romains l’héritage des trois ordres classiques : le dorique, l’ionique et le corinthien.
- Mais la similitude la plus frappante existant entre les architectures grecque et romaine est celle qui se manifeste dans les Temples. Ceux- ci sont effectivement agencés suivant un ordre similaire : généralement construits en position dominante, ils comprennent un péristyle de colonnes, coiffé d’un fronton triangulaire.

Une généalogie non exhaustive :

- Auguste, fils adoptif de Jules César ( 27 av . JC/ 14 ap. JC) *
- Age d’Or de la littérature latine : Virgile, Horace, Ovide,...
- Tibère, fils adoptif d’Auguste ( 14/ 37)
- Caligula ( 37/ 41)
- Claude 1er, oncle de Caligula ( 41/ 54)
- Néron, fils adoptif de Claude 1er ( 54/ 68)
- Grand incendie de Rome
- Gaba, Othon et Vitellius ( 68/ 69)
- Vespasien ( 69/ 79)
- Destruction du Temple de Salomon
- Titus, fils de Vespasien ( 79/ 81)
- Eruption du Vésuve : destruction de Pompéï
- Domitien, fils de Vespasien ( 81/ 96)
- Nerva ( 96/ 98)
- Trajan ( 98/ 117)
- Œuvres de Tacite et Pline le Jeune
- Hadrien ( 117/ 138)
- Antonin le Pieux ( 138/ 161)
- Marc Aurèle ( 161/ 180)
- Commode, fils de Marc Aurèle ( 180/ 192)
- Septime Sévère ( 193/ 211) et sa dynastie : Geta ( 211/ 212), Caracalla ( 212/ 217), Elagabal ( 218/ 222), Sévère Alexandre ( 222/ 235)
- Succession d’une douzaines de règnes brefs et sanglants
- Dynastie d’Empereurs Illyriens : Claude II ( 268/ 270), Aurélien ( 270/ 275), Dioclétien ( 284/ 305)
- Partage du pouvoir avec Maximilien ( 286/ 305)
- Constantin le Grand ( 312/ 337)
- La capitale de l’Empire se déplace à Byzance qui devient Constantinople
- Le Christianisme devient la religion officielle de l’Empire
- Constance II, fils de Constantin ( 337/ 361)
- Julien l’Apostat ( 361/ 363)
- Jovien ( 363/ 364)
- Théodose 1er ( 379/ 395)
- Division de l’Empire entre les fils de Théodose : Arcadius ( 395/ 408), Empereur de l’Empire d’Orient, Honorius ( 395/ 423), Empereur de l’Empire d’Occident
- Les Invasions Barbares
- Romulus Augustule ( 475/ 476), dernier Empereur de l’Empire d’Occident
- Survivance de l’Empire d’Orient ( ou Empire Byzantin) jusqu’en 1453

* Les dates indiquées entre parenthèses sont celles de début et de fin des règnes

Si vous voulez en savoir plus sur l’Empire Romain, voici quelques sites à potasser :
http://perso.wanadoo.fr/karl.claerhout/page1.htm
http://www.liberte.ch/histoire/auguste/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_romain (Wikipedia est une excellente encyclopédie libre)





Votre meilleur guide pour aller en Italie depuis 1998 !
Hôtels, locations et B&B en Italie, conseils, guides...

Recherche - Plan - Editeur - - Tous nos hébergements en Italie !

Liens directs : Tous vos hébergements, hôtels, locations, en Italie, Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...