Tous vos hébergements, hôtels, b&b, locations, en Italie: Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...

Votre meilleur
Guide pour l'Italie !

Toute l'italie; Rome Florence Venise Sicile Toscane...

LES PROMOTIONS POUR PARTIR EN ITALIE :
- Circuit Rome, Venise, Florence et la Toscane, à 899€.
- Billets d’avion A/R en promotion vers l’Italie, à partir de 79€.
- Escapade de charme en Toscane, à partir de 65€ la nuit.
- Une nuit en Toscane dans une villa historique près de Florence, à 79€...
(...)



Elsa Morante (1912-1985) : "La divine barbare" (*)

 

Au terme de ses études au
lycée, elle quitte sa famille
pour voler de ses propres ailes et
intégrer l’université,
à laquelle elle devra
bientôt renoncer pour des raisons
financières.

 

Elle parvient cependant à
continuer à vivre seule, au
cours des années 30, en faisant
de menus travaux de rédaction,
en donnant des leçons
privées d’Italien et de Latin
et, par la suite, en collaborant
à des revues et à des
journaux
. Elle se consacre
notamment à l’hebdomadaire
Oggi, de 1939 à 1941.

Cette même année, elle
épouse Alberto Moravia
,
rencontré quelques années plus
tôt, et publie son premier roman Le Jeu
secret
. Suit un recueil de contes, Les
Très belles aventures de
Caterina
, qu’Elsa illustre
elle-même.

Avec Moravia, elle réside à
Anacapri puis à Rome
, dans un petit
appartement de la via Sgambati où,
dès 1943, elle entreprend la
rédaction de son premier roman
Mensonge et sortilège. Elle
doit cependant momentanément y renoncer
pour suivre son mari, condamné à
l’exil politique par l’Etat fasciste, dans les
montagnes de Fondi, dans la région de
la Ciociaria
.

Au cours de l’été 44, Elsa
retourne à Rome. Sa relation avec
Moravia connaît alors une grave
crise
 : séparations brutales et
retrouvailles passionnées alternent,
traduisant le conflit intérieur d’Elsa,
déchirée entre son besoin
d’autonomie et son exigence de protection et
d’amour. De la même manière,
elle ne cessera de désirer et de
refuser la maternité
avant d’y
renoncer, non sans regrets,
définitivement.

En 1948, après un premier voyage en
France et en Angleterre, paraît
Mensonge et sortilège, pour
lequel Elsa reçoit le Prix Viareggio.

Leur situation matérielle
s’étant améliorée, Elsa et
Moravia se transfèrent dans un
élégant appartement via
dell’Oca
qui ne tarde pas à devenir
un des lieux de rendez-vous les plus
prisés de l’intelligensia romaine.

Les années 50 voient La Morante
collaborer à la RAI, voyager, notamment
en Espagne, qui lui inspire un nouveau
récit Le Châle
andalou
, achever enfin la
rédaction de son roman L’Ile
d’Arturo
. Celui-ci, dès sa sortie
en 1957, connaît un franc succés et
remporte le Prix Strega.

Les années suivantes, les
voyages
d’Elsa sont de plus en plus
fréquents : en Union
Soviétique, en Chine puis, en 1960, aux
Etats-Unis où elle rencontre le jeune
peintre Bill Morrow avec lequel elle
entretiendra une relation très
étroite.

Revenue en Italie, Elsa emmenage dans un
appartement " à elle " via del
Babuino. Si elle continue à voyager avec
Moravia, au Brésil et en Inde, où
les accompagne Pasolini, elle rompt
définitivement avec son mari en 1962
.
Au même moment, elle est vivement
éprouvée par le suicide de son
ami Bill Morrow.

Elsa ne connaitra plus dès lors qu’une
existence inquiète  : les
voyages- en Andalousie, au Mexique...- ne
suffisant plus à chasser le souvenir
obsessionnel de la mort de son ami et
l’hantise de la vieillesse. Elle se
découvre également
préoccupée par les menaces qui
pèsent sur l’humanité : son
essai Pour et contre la bombe
atomique
ainsi que son recueil de
poésies Le Monde sauvé par
les enfants
témoignent de son
désir sincère de s’impliquer dans
le monde. Nourri par ce même élan,
son troisième roman La
Storia
, paru en 1974, recueille un
immense succès populaire en même
temps qu’il suscite une vive polémique.

Deux ans plus tard, Elsa entreprend la
rédaction de son dernier roman
Aracoeli qui ne sera publié
qu’en 1982. Dans l’intervalle, en effet, Elsa
est victime d’une fracture du fémur qui
l’oblige à subir de nombreuses
intervations chirurgicales. Immmobilisée,
elle est condamnée à passer les
dernières années de sa vie au
lit : après une tentative de
suicide ratée en 1983
, elle
s’éteint des suites d’un infarctus le 25
novembre 1985.

Sandrine

(*) L’expression " la divine
barbare " est de Jean-Noël Schifano,
extraite de son essai Désir d’Italie.





Votre meilleur guide pour aller en Italie depuis 1998 !
Hôtels, locations et B&B en Italie, conseils, guides...

Recherche - Plan - Editeur - - Tous nos hébergements en Italie !

Liens directs : Tous vos hébergements, hôtels, locations, en Italie, Partir à Rome, Visiter Venise, vacances en Sicile, la culture et l'art de vivre à Florence et en Toscane...